L'ombre de lear - claire holden rothman

large-L97828977218791.jpg

L’orage gronde, dans le ciel et les rues de Montréal, et la vie de Béa Rose n’échappera pas à la tempête.

Son père, qui lui a toujours préféré Cara, la parfaite benjamine, a besoin d’elle  : sa santé vacillante l’empêche désormais de vivre seul, Cara ne peut se libérer, et il refuse d’imaginer qu’une étrangère envahisse la maison familiale. Mais Béa et lui ne sont-ils pas justement devenus étrangers, après toutes ces années d’éloignement ?

Sauf que plus rien ne la retient, dans son appartement trop vide qu’elle n’arrive plus à payer… Et ce n’est certes pas son nouvel emploi au sein d’une troupe de théâtre représentant Le roi Lear dans les parcs qui arrangera ses finances.

Il lui faudra accepter de se laisser fouetter par ce vent fou pour que, peut-être, il vienne souffler sous ses ailes…

Traduit de l'anglais (Canada) par Eva Lavergne

14 x 210 cm, 384 pages

21 euros

Lauréat des Vine Awards for Canadian Jewish Litterature

 

The Gazette 

  Son meilleur roman, un habile mariage de thèmes classiques intemporels et d’enjeux contemporains, on en dévore les pages !

 Le jury des Vine Awards

Cette relecture de Shakespeare inscrite dans un Montréal contemporain se distingue par la maîtrise que manifeste l’autrice des constituantes de son roman, qu’il s’agisse du cadre, des personnages ou du rythme

Montréal Review of Books

Riche en intrigues, l’histoire débute avec de nombreux personnages qui évoluent et se croisent de manière étonnante. Lire L’ombre de Lear, c’est comme avoir un accès direct dans les coulisses de la vie de ces personnages.

Quill and Quire

 Claire Holden Rothman décrit très bien l’atmosphère dégagée par les orages d’été de Montréal, qui improvisent avec l’action de la pièce de théâtre.

Calgary Herald

Un équilibre habile entre des thèmes classiques, intemporels, et des intérêts contemporains, le tout enrobé d’une envie de tourner les pages de plus en plus vite

Winnipeg Free Press 

Claire Holden Rothman est une autrice accomplie, et L’ombre de Lear le montre… C’est un roman qui joue avec la sagesse et la folie, l’amour et la perte. C’est un travail ambitieux qui reste en mémoire.