le temps de l'indulgence- madhuri vijay

2.jpeg

À la mort de sa mère, Shalini, une jeune trentenaire privilégiée de Bangalore, décide de se rendre dans un village reculé de l’Himalaya, dans la province troublée du Cachemire. Certaine que le décès de sa mère est lié à la disparition de Bashir Ahmed, un vendeur ambulant du Cachemire, qu’elle n’a pas revu depuis dix ans alors qu’il fréquentait leur maison régulièrement, elle est déterminée à le retrouver.

Mais à son arrivée, Shalini est confrontée aux tensions politiques très fortes dans la région, ainsi qu’à l’histoire douloureuse de la famille qui l’accueille. Et lorsque la violence éclate, elle va devoir faire des choix qui pourront avoir de fortes répercussions sur le peuple et les gens qu’elle a commencé à aimer.

Traduit de l’anglais par Typhaine Ducellier

140 x 210 cm, 480 pages

21 euros

 Jan Stuart, New York Times Book Review

 

À dévorer d’urgence. La maîtrise de la narration de Madhuri Vijay paraît tellement fluide qu’il est facile d’oublier le brio avec lequel elle construit son récit, entrelaçant les temporalités sans effort apparent et jonglant avec les nombreux personnages qui vous frappent le cœur. Le clou du spectacle est la mère de Shalini, une femme versatile, une reine scandaleuse et capricieuse. L’autrice résiste intelligemment à la psychanalyser

Publisher Weekly

 

 Étourdissant. Ce premier roman remarquable de Madhuri Vijay raconte de manière captivante l’angoisse individuelle qui se joue au sein des troubles politiques en Inde à la fin des années 2000.

The Times

 

Ambitieux… Les descriptions des montagnes, des gens et de leur quotidien sont magnifiques, et cela rend la laideur cachée encore plus dérangeante. Un premier roman très impressionnant.

Observer

 

Une fiction magistrale. Madhuri Vijay écrit avec une assurance surprenante pour une primo-romancière, et c’est un plaisir de la lire. L’histoire de ce peuple est rendue de manière très humaine mais jamais sentimentale. Quant à Shalini, son personnage principal, elle force le respect alors qu’elle voit chacune de ses certitudes s’envoler progressivement, puis revenir chargées de nuances et de complexité.

Vanity Fair

 

Le premier et le dernier chapitre du roman s’ouvrent avec la même phrase : « J’ai trente ans. Ce n’est rien du tout, trente ans. » Entre la première et la seconde occurrence, le lecteur va entrer dans une histoire qui sonde le passage du temps et les répercussions des actions de chacun. Ce roman se pose l’épineuse question de savoir ce que nous passons notre vie à chercher. 

Cosmopolitan

Un premier roman impressionnant.

New Yorker

Madhuri Vijay sonde de grands thèmes dans ce roman – l’esprit de clan, le despotisme, la trahison, la mort, la résurrection – avec une prose raffinée et jamais chargée, et avec des émotions sincères sans sentimentalisme… Le Cachemire lui-même émerge de manière éclatante : dans le goût du chai, dans « l’ombre noire des montagnes, parsemées de leurs centaines de maisons scintillantes.

Elle

Dans l’exquis premier roman de Madhuri Vijay, le deuil propulse une jeune femme dans le Nord de l’Inde, où elle va chercher des réponses sur le passé de sa mère. Elle rencontre des personnes et des communautés constamment au bord de la violence politique, bouleversant ses convictions sur elle-même et sur son pays. 

Ron Charles, Washington Post

Toutes les choses finies révèlent l’infini », écrivait Theodore Roethke dans The Far Field. Ce poème, publié dans le dernier recueil de l’auteur en 1964, se termine par l’image d’une « ondulation s’élargissant à partir d’une seule pierre / S’enroulant autour des eaux du monde ». C’est exactement l’effet que l’on a avec ce premier roman de Madhuri Vijay, intitulé (en anglais) The Far Field… Pour la grande majorité d’entre nous, qui n’entendons parler des troubles du Cachemire que comme d’une légère tension dans le vacarme général des tragédies mondiales, Le temps de l’indulgence offre quelque chose d’essentiel : une chance d’apercevoir la vie de personnes à l’autre bout du monde, capturée dans une prose suffisamment magnifique pour les rendre inoubliables, et suffisamment honnête pour les rendre réelles.

Bomb Magazine

Ce roman capture l’horreur quotidienne du Cachemire avec une prose exaltante et puissante. Le temps de l’indulgence rappelle que tout privilège est, en fin de compte, politique.

David Canfield, Entertainment Weekly

La perte d’un proche peut faire de n’importe qui un détective, nous entraînant dans des voyages étranges, sinueux et révélateurs pour résoudre la douleur. Cela peut aussi, comme Madhuri Vijay l’illustre si bien dans son premier roman, Le temps de l’indulgence, nous aveugler de tout ce qui nous entoure – de nos actions et de leurs conséquences. Le deuil, affirme-t-elle, peut être une quête fondamentalement égoïste (…) La narration blessée de Shalini – son angoisse nostalgique et mélancolique – vibre toujours plus intensément, donnant au roman la sensation d’une épopée familiale douloureuse. Voici une histoire singulière d’une mère et de sa fille – un lien aimant et brisé si fort qu’il touche, change et blesse d’innombrables vies au-delà des leurs.

Sam Sacks, Wall Street Journal

Madhuri Vijay est une autrice qui semble écrire sans effort apparent. La longueur du livre m’a fait croire que nous allions lire quelque chose de lent, tourné essentiellement sur l’atmosphère, mais à ma grande surprise, je l’ai dévoré (…) Mme Vijay utilise intelligemment les parallèles et les asymétries dans ces récits en miroir. Shalini s’immisce dans la maison du fils de Bashir tout comme Bashir a autrefois perturbé la sienne. L’homologue de la figure merveilleusement aiguisée de la mère de Shalini est la belle-fille impudente et intrépide de Bashir, Amina, qui domine chaque scène dans laquelle elle se trouve… Le temps de l’indulgence éclaire les persécutions au Cachemire, mais il s’agit surtout de la question des castes par laquelle toute l’Inde est gouvernée.

The Economist

Un premier roman courageux, intelligent et émouvant 

Financial Times

 Un roman lumineux qui décrit la lutte d’une jeune femme pour façonner sa propre vie… L’un des talents de Madhuri Vijay est qu’elle peut nous faire compatir pour une héroïne qui sait peu de choses, mais qui aspire profondément à quelque chose au-delà de son quotidien bien tranquille (…) Une histoire remarquable, et Madhuri Vijay est une romancière à suivre.

Newsweek

Histoire, préjugés des castes, politique indienne, deuil, culpabilité et limite de la compassion s’entremêlent dans ce premier roman passionnant.